Ma ville

Départ de la gendarmerie : les élus demandent à l’Etat de reconsidérer sa position

Dans un courrier commun envoyé au Préfet vendredi 15 octobre, le député Patrice Verchère, le maire, Yves-Marie Uhlrich et le conseiller général Éric Poncet, demandent très officiellement à l’Etat de reconsidérer sa position sur le remplacement de la gendarmerie par un commissariat de police.
Une initiative symboliquement forte, qui se situe dans la suite logique du vote à l’unanimité du conseil municipal du 24 septembre dernier qui a rejeté le redéploiement programmé pour le 1er janvier 2011.
Patrice Verchère, Yves-Marie Uhlrich et Éric Poncet lors de leur point de presse commun le 16 octobre.


Le député Patrice Verchère a rappelé qu’il n’y a pas de nécessité à un tel changement : "Ce n’est pas une question politique, c’est une question de bon sens " a-t-il précisé.
Le maire a rappelé les arguments plaidant en faveur du maintien des gendarmes. Le soutien des 9 128 Éculllois qui ont signé la pétition lancée par Jean-Claude d’Antonio, et ensuite les bons résultats obtenus par la brigade de gendarmerie. "La délinquance de proximité continue sa baisse régulière depuis 7 ans et encore sur les 8 premiers mois de 2010" a précisé Yves-Marie Uhlrich. Le maire qui juge cette décision incompréhensible et injustifié dans la mesure où les communes de Champagne, Tassin, Charbonnières et Dardilly restent elles en zone gendarmerie.
Même incompréhension du côté d’Éric Poncet qui souligne le risque de dégrader ce qui fonctionne bien au niveau du canton.
Le courrier souligne enfin que la mise en place d’une police d’agglomération dans le Rhône n’empêche pas le maintien de la gendarmerie.
En effet, le seul décret qui existe à ce sujet concerne l’agglomération parisienne et prévoit que, "dans ce cadre, le préfet dirige l’action des services de police et des unités de la gendarmerie nationale. Cela montre bien qu’il n’y a pas d’obstacle à la participation de la gendarmerie à une action de police d’agglomération" soulignent les élus dans leur lettre au Préfet.
Ils espèrent bien que cette lettre pourra retarder la signature du décret officialisant le transfert, un décret qui doit être d’abord validé par le Conseil d’Etat. "La commune s’est opposée à l’unanimité de ses élus. Si l’Etat veut passer en force, il devra assumer ses responsabilités" ajoute Yves-Marie Uhlrich.

En savoir plus sur le vote du Conseil municipal du 24 septembre 2010
Mairie d’Écully – 1 place de la Libération – CS 80 212 - 69 134 Écully Cedex - Tél : 04 72 18 10 00 - Mentions légales - Contact - Accessibilité - Plan du site