Le déclassement de l’A6, une chance pour Écully

Avec le déclassement de l’autoroute et la transformation en boulevard urbain, l’État a pris, fin 2016, une décision capitale pour l’avenir d’Écully. En effet, depuis 45 ans, la commune est coupée en deux par l’autoroute, près de 6000 habitants soit un tiers de la population en subit les nuisances sonores et près de 12 % subissent la pollution de l’air due aux 115 000 véhicules qui empruntent chaque jour cet axe.
L’objectif annoncé par la Métropole est d’abaisser rapidement la vitesse et à terme de réduire ce flot à 50 000 véhicules.
Ce déclassement peut donc être une chance d’améliorer la qualité de vie des riverains, de remettre en valeur les espaces naturels, de mieux relier les quartiers entre eux…



UN INDISPENSABLE RENFORCEMENT DU CONTOURNEMENT ROUTIER DE L’AGGLOMÉRATION
" Ce déclassement est une chance pour Écully, mais il présente aussi des risques, nous en sommes conscients. C’est pourquoi nous devons être vigilants et vérifier que des moyens suffisants seront mis en œuvre par la Métropole" affirme Yves-Marie Uhlrich, maire d’Écully. Car le boulevard urbain fait partie d’un tout, d’un projet plus large d’aménagement de la circulation autour et au sein de la Métropole, incluant le grand contournement Est de l’agglomération, la réalisation de l’anneau des sciences (bouclage du périphérique Ouest)…
C’est le calendrier de cet aménagement routier qui inquiète les cullois et a soulevé de nombreuses questions lors de la réunion publique qui a rassemblé plus de 500 personnes le 15 novembre 2016.

« Il aurait été plus logique de commencer par le contournement de l’agglomération, finir le périphérique et ensuite seulement réaliser le déclassement » ont souligné de nombreux intervenants au cours de la soirée.
Le maire, comme plusieurs Ecullois présents, ont défendu la nécessité de revenir à l’idée d’un grand contournement Ouest de l’agglomération, celui de l’Est étant déjà en partie saturé.

BÂTIR UN RÉSEAU DE TRANSPORTS EN COMMUN À LA HAUTEUR
Les élus, comme de nombreux Écullois soulignent également la nécessité d’un développement conséquent des transports en commun avec des fréquences soutenues, comme des lignes de train ou de tram en site propre, qui seuls pourraient convaincre les personnes se déplaçant au sein de la Métropole d’abandonner leur voiture et arriver à ramener ainsi le trafic actuel de 115000 véhicules/jour à l’objectif annoncé par la Métropole de 50 000.
Enfin certains riverains réclament des aménagements contre le bruit, le statut de boulevard urbain ouvrant des possibilités jusque-là interdites avec l’autoroute.
« Nous allons confier ce volet à l’Ecole Centrale, en complément de l’étude scientifique qu’ils avaient produite il y a quelques années » a précisé le maire.

Exprimez-vous...

- Une adresse courriel a été créée pour recueillir vos avis et propositions : declassementA6@ville-ecully.fr

- Trois groupes de travail, pilotés chacun par un adjoint référent, vont poursuivre, sous l’autorité du Maire, la mise en forme des propositions qu’Écully portera auprès de la Métropole d’ici deux ans.
- Aimery Fustier : Relier les quartiers
- Érick Roizard : Mettre en valeur les espaces naturels
- Agnès Gardon-Chemain : Relier les villes
Coordinateur : Jean-Jacques Margaine

Informez-vous

- L’exposition "De l’autoroute au boulevard urbain. Quels enjeux ? Quel Projet", est visible :
- Du 13 au 31 mars, à la Maison de la Solidarité, (aux horaires d’ouverture)
- Du 4 au 21 avril au Centre social d’Écully - 31 avenue des Sources
Mairie d’Écully – 1 place de la Libération – CS 80 212 - 69 134 Écully Cedex - Tél : 04 72 18 10 00 - Mentions légales - Contact - Accessibilité - Plan du site